Institut Français Mali

Date

Jan 15 2024 - Mar 31 2024
Chargement...

Heure

Journée entière

Labels

GRATUIT

Exposition collective | KUNDIGUI | Camille Bleu-Valentin, Habibatou Yaye Kéïta, Mariam Niaré

KUNDIGUI | CAMILLE BLEU-VALENTIN, HABIBATOU YAYE KEITA, MARIAM NIARE
DU 15 JAN. AU 31 MARS | GALERIE IFM

KUNDIGUI est issu des recherches de Camille Bleu-Valentin menée pendant 2 ans à Bamako. Le projet a intégré les artistes Mariam Niaré et Habibatou Yaye Keita et a conduit à l’élaboration d’une série de photographies sur le thème de la coiffure : Yaye, coiffeuse de formation, a imaginé différentes coiffures en s’inspirant des coiffures traditionnelles maliennes dont les significations sont multiples (coiffure anti-divorce, coiffure nouvelle maman, Tassaju inspiré du fond d’une marmite et utilisation des coquillages cauris pour symboliser la royauté, la richesse et la féminité). Mariam prit en photo les modèles en utilisant des retouches et couleurs symbolisant les différentes ethnies présentes au Mali ainsi que les couleurs portées par les femmes bamakoises. Camille, elle a répondu à la série de photographie avec des sculptures dialoguant formellement avec celles-ci. Cette collaboration nous amène dans un voyage des formes et des objets à travers le monde et l’histoire.

HABIBATOU YAYE KEITA

Fille d’un décorateur et calligraphe de métier, au côté duquel depuis enfant elle prit goût à la peinture. Membre fondatrice du collectif Sanou’Arts, Yaye gagne ses premiers sous en pratiquant la coiffure auprès de ses soeurs, amies, voisins puis auprès d’autres clientes. C’est ce talent en coiffure qu’elle va traduire en peinture pour créer ses oeuvres : son travail plastique s’inspire de la richesse culturelle non seulement de son pays mais aussi celle de tout le continent africain, à travers la coiffure traditionnelle africaine.

 

MARIAM NIARE

Photographe membre de plusieurs collectifs, Mariam Niaré a reçu plusieurs prix et participé à de nombreuses expositions. Selon les mots du commissaire d’exposition et critique d’art Simon Njami, “la jeune artiste prouve que la photographie n’est pas seulement une reproduction du réel, mais peut être le fruit d’une construction et d’une mise en scène».

 

 

CAMILLE BLEU-VALENTIN

Née en 1995 à Paris, son adolescence passée en Nouvelle-Calédonie l’a très tôt sensibilisée à l’organisation sociale de milieux culturels mixtes. Cette expérience de vie l’amène depuis dans son oeuvre à reconsidérer la place faite au patrimoine colonial dans la culture occidentale et à étudier notre transmission de l’histoire et ses effets.

Laisser un Commentaire

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite