Valéry N’Dongo (Cameroun) et Manet Oumar (Guinée Conakry).

Valéry N’Dongo (Cameroun) et Manet Oumar (Guinée Conakry).

THÉÂTRE / HUMOUR. Du 19 avril au 1er mai 2019.

VALERY NDONGO / MOI, SANS PAPIERS

Moi, sans papiers part de l’exploit de Mamaudou Gassama pour parler de la vie des sans papiers qui ne sont pas toujours ceux qu’on croit et pas toujours là où on les imagine.

La globalisation a fait du monde un village planétaire où les personnes et les biens peuvent se mouvoir en toute liberté…à condition d’avoir le bon passeport.

Valery Ndongo travaille avec le BloNba à la professionnalisation d’humouristes maliens dans le cadre de sa structure Africa Stand Up.

 

MANET OUMAR / LA FEMME PARFAITE

Dans toutes les cultures, toutes les civilisations, l’image de la femme parfaite a été vendue comme le graal. Dans le monde réel l’homme cherche en vain cette femme parfaite dans un coin de rue ou dans un bar du quartier. Mais il la trouve uniquement dans des magazines de mode et dans des clips glamours. Ce spectacle dresse le portrait de cette femme parfaite et par ricochet de l’homme parfait dont rêvent toutes les femmes.

Manet Oumar est un humoriste guinéen très prolifique en terme de création de spectacle. La femme parfaite est son huitième one man show en 10 ans de carrière.

Depuis l’année passée, il est chargé des formations dans l’académie du stand up d’Africa Stand Up dont il est lui-même un pure produit.

 

Cette masterclass est proposé dans le cadre d’un partenariat avec le Blonba school.

Le Blonba School est un programme de formation, de création, de production, de programmation et de diffusion en arts urbains et numérique. Ce programme, démarré en juillet 2018, offre une formation en humour, vidéo et DJ à une trentaine d’apprenants.

Les 16 apprentis humoristes du Blonba school ont pu échanger avec le metteur en scène et humoriste camerounais Valéry Ndongo pendant une dizaine de jours. Cette masterclass a permis d’accroitre et renforcer les capacités humoristiques des apprenants.

 

Date du restitution : Vendredi 19 avril à 20h00. Théâtre de l’Institut français