Les mystères de Tombouctou la ville mystérieuse

Les mystères de Tombouctou la ville mystérieuse

ENTREE LIBRE

Présentation de l’ouvrage par son auteur M. Ali Ould Sidi

Livre

Rares sont les villes comme Tombouctou qui ont suscité autant de convoitises et qui ont occupé pendant des siècles l’imaginaire des visiteurs. Mais pourquoi autant de curiosités et d’intérêts pour cette ville qui n’a ni pétrole, ni gaz, encore moins de plage ? Où sont donc passés ses mystères, son or, son sel, ses manuscrits, ses jurisconsultes, ses saints, son architecture qui ont marqué le sceau de cette ville en lui donnant un cachet tout particulier de ville vivante, source d’eau avec son puits de Bouctou et source de savoir avec son université de Sankoré ? Comment se présente de nos jours cette ville ou ces villes de Tombouctou, terre pétrie d’Islam, née avec l’Islam et fortement islamisée à tel point qu’elle symbolise la tolérance et la diversité des expressions culturelles de par sa démographie cosmopolite.
M. Ali Ould Sidi tente ici d’évaluer le genre de mythe auquel sont parvenus les explorateurs. Mais à quel mythe allons-nous nous intéresser ? Celui entretenu pendant trois siècles par la flamboyante description de l’Afrique de Léon l’Africain (1526), dans laquelle il est dit que «quantité de médecins, de lettrés, de juges, de commerçants, échangent de l’or et du sel à Tombouctou» ? Ou celui du vaillant René Caillié déguisé en musulman et présenté sous le nom de Mohamed Abdallahi, premier explorateur européen à revenir vivant de Tombouctou en 1828 ? En dehors même des récits des explorateurs, il a interrogé les manuscrits qui constituent une mémoire écrite impressionnante de Tombouctou, cité savante et millénaire.
Le débat portera également sur les grands défis d’aujourd’hui auxquels est confrontée Tombouctou : la montée d’un terrorisme et d’un extrémisme violent et radical, les dérèglements climatiques manifestés à travers l’ensablement du lit du fleuve Niger, la désertification menaçant l’existence même de la ville. A toutes ces thématiques soulevées, M. Ali Ould Sidi fait des propositions de sortie de crise pour, enfin, enclencher un développement durable inspiré de son patrimoine culturel.

Né en 1954 à Tombouctou, Ali Ould Sidi est l’auteur de plusieurs articles sur Tombouctou et de l‘ouvrage « Le patrimoine culturel de Tombouctou : enjeux et perspectives ». Expert de l’ICOMOS, ancien chercheur au Centre Ahmed Baba de Tombouctou, chef de la Mission culturelle de Tombouctou de 1993 à 2013. Entre 2009 et 2013, il fut membre du comité du patrimoine mondial de l’UNESCO et son rapporteur général lors de la 35ème session de Paris en 2011. De 2014 à 2016, il assure la fonction de Conseiller technique au ministère de la Culture du Mali.