Eugène Escoffier, l’Ardéchois-Tirailleur sénégalais

Eugène Escoffier, l’Ardéchois-Tirailleur sénégalais

ENTREE GRATUITE

Cet ouvrage témoigne aussi d’une réalité méconnue : au nombre des tirailleurs sénégalais appartenant aux troupes coloniales figuraient aussi des métropolitains !

Café Littéraire Livre

Le 15 juillet 1918, à 24 ans, Eugène Escoffier est «tué à l’ennemi d’un éclat d’obus à la gorge». Cent ans après, Didier Veller revient sur les pas de ce grand-oncle qui, dès 1912, le bac en poche, décide de sortir des sentiers battus en s’expatriant au Nigéria. Lorsque l’Europe entre en guerre le 3 août 1914, il traverse la frontière et arrive à Porto-Novo, où il est déclaré « bon pour le service armé » et inscrit sur la liste des volontaires engagés, sous le numéro 3. Parmi les tout premiers ! Lettres, poèmes, documents d’archives permettent de suivre le jeune soldat au cœur de la guerre 1914-1918. Jusqu’à la bataille fatale de Reims, Eugène Escoffier s’est battu avec courage sur différents théâtres d’opérations, parmi lesquels ceux du Cameroun, de la Somme, de la Marne.

Didier Veller
Retraité de la fonction publique française, Didier Veller a été en poste dans plusieurs pays d’Amérique centrale, d’Afrique et du Proche-Orient. Il vit actuellement au Mali où il travaille bénévolement pour l’association Sikana. Passionné de dialogue interculturel, il signe avec cette publication son troisième livre.