Covid-19, le retour de l’État en Afrique ?

Covid-19, le retour de l’État en Afrique ?

L’épidémie de Covid-19 a engendré d’importantes contraintes et atteintes à la liberté. Experts et intellectuels (médiatiques) sont nombreux à avoir cédé à une peur doublée d’une méfiance : peur du virus, dont la connaissance évoluait au jour le jour (ce qui est normal, mais angoissant), et méfiance envers des gouvernements qui auraient à divers moments de la crise changé d’avis pour cacher une certaine incapacité à prévoir, et donc à… gouverner ! Le contraste est saisissant avec le régime chinois, qui se fonde sur un capitalisme d’État doublé d’un contrôle politique de la société, et qui est parvenu à protéger sa population : 1,4 milliard d’habitants et seulement 4 638 décès (selon les chiffres « officiels » du 26 mai 2020).

Certes, on sait que les chiffres produits dans tel ou tel pays sont aujourd’hui impossibles à comparer : personnes dépistées, nombre de tests effectués, compilation des décès, etc. Il n’empêche que les gouvernements des démocraties occidentales auront trouvé, empiriquement, à chaud, une source d’inspiration dans le dispositif chinois pour justifier leur propre rhétorique du contrôle sanitaire au nom d’une politique de précaution ; en cela, la Covid-19 leur a offert une certaine réhabilitation sociale. Et cela a été finalement facile, puisque la population a peur et puisque les chiffres du malheur sont produits par les États eux-mêmes.

Lire la suite sur le site de l’éditeur